Industrie et recherche publique à Grenoble
Appuyé par la labellisation du bassin Grenoblois en pôle de compétitivité dénommé Minalogic (Micro NAnotechnologies et LOgiciel Grenoble-Isère Compétitivité) et construit autour du projet Minatec (pôle d'Innovation en micro et nanotechnolgies), nous posons l’hypothèse de la spécification des dynamiques de proximité entre les acteurs et sur la base d’une culture scientifique et industrielle de longue date propre au territoire grenoblois. Ce positionnement amène à considérer qu’il y a un phénomène de cluster scientifique ou de district technologique, impulsé principalement par les filières de la microtechnologique et de la nanotechnologique. Le processus de spécification caractérise un territoire qui dispose d’un mode de coordination entre les acteurs (fondé sur la proximité institutionnelle, et requérant la présence de la proximité géographique et de la proximité organisationnelle), permettant au tissu économique local de s’adapter et de redéployer ses ressources dans le cadre de la résolution d’un problème productif nouveau, comme par exemple un changement technologique majeur. Pour illustrer cette hypothèse il est possible de citer le fait que les nanotechnologies rassemblent aujourd’hui plusieurs disciplines en les décloisonnants (disciplines scientifiques, techniques ou de l’ingénierie) tout en modifiant le mode de constitution de la connaissance (logique bottom up).